Commercer avec le monde

GROS PLAN

Le Port célèbre le 50e anniversaire de l’arrivée des premiers conteneurs

Dans la foulée des célébrations du 150e anniversaire du Canada et du 375e anniversaire de Montréal, le Port de Montréal franchit cette année une étape très importante de son histoire : un demi-siècle de manutention de conteneurs.

Le 4 avril, l’Administration portuaire de Montréal (APM) a célébré le 50e anniversaire de l’arrivée des premiers conteneurs au Port de Montréal : dire que près de 35 millions de conteneurs allaient ensuite transiter par les installations portuaires montréalaises!

L’entrée en vigueur de la navigation commerciale à l’année sur le fleuve Saint-Laurent en 1964 et la montée du transport de conteneurs à l’échelle mondiale dans les années 1960 ont ouvert la porte à la manutention de conteneurs à Montréal en 1967. Cette transition allait redéfinir l’avenir du Port.

Manchester Liners Ltd a déchargé son premier conteneur à Montréal en 1967. La même année, le Port a manutentionné 11 374 conteneurs EVP (équivalents vingt pieds) transportés par voie maritime par Manchester Liners.

Le 15 novembre 1968, Manchester Liners et le Port ont inauguré le premier terminal à conteneurs du Canada, baptisé terminal Manchester pour des raisons évidentes. La société a également lancé un service hebdomadaire de transport de conteneurs reliant Manchester au Royaume-Uni et à Montréal. Ces conteneurs étaient ensuite acheminés par camion ou par train à l’échelle du Québec et de l’Ontario. De plus petites embarcations servaient également à transporter les cargaisons par la voie maritime du Saint-Laurent jusqu’à la région des Grands Lacs.

Construit par l’administrateur du Port de Montréal de l’époque, le Conseil des ports nationaux (CPN), le terminal était situé à l’emplacement actuel du terminal Maisonneuve.

« Nous avons opté pour Montréal en raison de l’importante zone de consommation et de fabrication qui entourent cette ville exceptionnelle, les services réguliers de transport de conteneurs des ports des Grands Lacs s’avérant peu pratiques. Sa proximité permettait également de traiter les importations et les exportations du carrefour essentiel de Toronto/Hamilton et de la région industrialisée de l’Est de l’Ontario », a déclaré Peter Evans de Manchester Liners lors de l’inauguration du terminal.

Howard A. Mann, président du CPN, a renchéri : « Ce nouveau terminal transatlantique de conteneurs, le premier du genre au Canada, témoigne de la confiance de plusieurs intervenants. D’abord de la confiance de Manchester Liners Ltd et de ses représentants canadiens, Furness Withy & Co. Ltd, en la viabilité d’un service de manutention de conteneurs entre le Royaume-Uni et Montréal. Le terminal reflète aussi la confiance du Canadien National en sa capacité à s’adapter aux changements liés à la conteneurisation. Enfin, il s’appuie sur la confiance du Conseil des ports nationaux quant à la capacité de Montréal et des autres ports canadiens à demeurer concurrentiels à l’ère du conteneur pour préserver le trafic et les emplois au Canada. »

 

 

Le trafic de conteneurs poursuit sa croissance

Dès lors, le trafic de conteneurs au Port n’a cessé d’augmenter. En réponse à la demande croissante, le CPN a construit les terminaux Cast et Racine en 1972 et 1978, respectivement, à l’extrémité est du Port de Montréal. Les installations du Port consacrées au transport de conteneurs ont été construites à ces emplacements pour éviter d’empiéter sur la zone du centre-ville. Le terminal Maisonneuve a été construit en 1987 par la Société du Port de Montréal, qui a succédé au CPN pour laisser place à l’APM.

Aujourd’hui, huit services réguliers opérés par cinq leaders mondiaux du transport maritime – CMA CGM, Hapag-Lloyd, Maersk, Mediterranean Shipping Line (MSC) et OOCL (qui a fait l’acquisition de Manchester Liners en 1980) – relient Montréal à plus de 140 pays. De plus, une ligne de transport de conteneurs reliant Montréal et St-John’s à Terre-Neuve est opérée par l’entreprise Oceanex. En 2016, le Port a manutentionné 1 447 566 EVP, un trafic de plus de 13 millions de tonnes de cargaisons conteneurisées.

Le Port de Montréal est actuellement le seul port à conteneurs sur le Saint-Laurent et le premier en importance dans l’Est du Canada.

Provenant du Nord de l’Europe, de l’Asie et de la Méditerranée, plusieurs produits, comme des aliments, des produits frais, de l’équipement électronique et des produits forestiers, arrivent par conteneurs au Port de Montréal.

« En cette année de festivités à Montréal et au Canada, je suis heureuse de célébrer les 50 ans de conteneurisation marquant notre histoire, a déclaré Sylvie Vachon, présidente et directrice générale de l’APM, à l’occasion de la réception clients annuelle de l’APM à Montréal. Le conteneur fait partie intégrante de notre ADN au Port de Montréal. C’est ce qui nous distingue et fait notre force, de pair avec la grande diversification des cargos que nous traitons. »

« Tel un aimant, le Port attire autour de lui les entreprises et les services qui tirent profit de sa présence, d’où l’importance de l’industrie de la logistique dans le Grand Montréal. »

Pour répondre à la croissance du transport par conteneurs, le Port a inauguré le nouveau terminal Viau en novembre 2016 et travaille actuellement à planifier un futur terminal à conteneurs à Contrecœur, assurant ainsi l’avenir de la manutention de conteneurs pour Montréal et le Québec.

Pour voir l’histoire de la conteneurisation à Montréal en images, cliquez ici.

Les origines de la conteneurisation

L’entrepreneur américain Malcom McLean est considéré comme le « père de la conteneurisation ». Ce camionneur a conçu le premier conteneur de métal en 1956. Le transport par conteneurs est venu remplacer la manutention des produits secs dans des caisses, des palettes, etc. Cette nouvelle méthode plus rapide, mieux organisée et moins coûteuse a révolutionné l’acheminement de cargaisons à l’échelle mondiale. Malcom McLean a ensuite fondé Sea-Land Service, Inc., une société pionnière de l’industrie du transport intermodal de cargaisons.