Commercer avec le monde

BALISE

Les clémentines du Maroc débarquent au Port de Montréal


 

Chaque année, à l’automne, des montagnes de clémentines du Maroc déboulent dans les épiceries du Québec, en passant par le Port de Montréal. Les Québécois en sont friands et ils en redemandent.

Il suffit d’éplucher une clémentine pour que sa fraîche odeur parfumée se répande et que quelqu’un dans l’entourage s’exclame : « Mmmm ! Ça sent bon ! Ça sent Noël ! »

« Chaque hiver, nous importons 10 millions de clémentines, soit l’équivalent de 1 250 conteneurs, et la demande est en croissance ! », confirme Ian Routhier, directeur importation Maroc et développement des affaires chez Bar Imex International, l’importateur d’Anjou qui a popularisé les fameuses clémentines du Maroc au Québec dans les années 1960. Ces fruits colorés, juteux, à la fois acidulés et sucrés ont conquis les papilles gustatives québécoises en s’introduisant au Québec par le Port de Montréal.

Itinéraire des clémentines

Environ 70 % des clémentines importées par Bar Imex International proviennent de la région d’Agadir, dans le sud du Maroc, où la saison de la cueillette s’étend d’octobre à avril. « Le Maroc offre les conditions idéales pour la culture des agrumes », dit Ian Routhier, qui se rend régulièrement à son bureau de Casablanca.

En ce moment, des dizaines de milliers de cueilleurs s’affairent dans les vergers du Maroc. Chaque clémentine cueillie à la main est trempée dans un récipient d’eau fongicide avant d’être déposée dans un bac de plastique. Le fongicide protège le fruit du brunissement.


Les clémentines sont inspectées avant d'être
emballées et expédiées au Port de Montréal.

Les bacs sont aussitôt chargés sur des camions et envoyés à la station d’emballage. Là, ils passent dans un calibreur qui sépare les fruits selon leur grosseur. « Les Américains préfèrent les grosses clémentines, tandis que les Québécois les préfèrent de grosseur moyenne. Et en Russie, on aime les petites clémentines. Question de culture… », dit Ian.

Les clémentines sont ensuite emballées dans des caisses et prennent directement le chemin du frigo, à une température de 4 ou 5 °C. Elles doivent être réfrigérées le plus rapidement possible pour maximiser leur conservation. Elles seront ensuite stockées dans un conteneur à température et humidité contrôlées qui, embarqué sur un camion, prendra la route du Port de Tanger, quelque 800 km plus au nord.

Le Port de Tanger est un des plus grands ports d’Afrique. Il est situé à 14 km à peine des côtes espagnoles dans le détroit de Gibraltar, la seconde voie maritime la plus fréquentée au monde, empruntée chaque année par 100 000 navires.


 

Les conteneurs de clémentines sont embarqués sur un porte-conteneurs qui mettra huit jours pour traverser l’Atlantique et rejoindre le Port de Montréal, où il sera amarré à un terminal à conteneurs, Maisonneuve ou Racine. « Les conteneurs de fruits et de légumes sont toujours les premiers à être déchargés », dit Ian Routhier. Des camions vont les chercher sur le quai pour les mener jusqu’à leur destination dans l’un des entrepôts de Bar Imex International à Montréal, où les clémentines passeront au contrôle de la qualité.

Puis, c’est l’expédition aux entrepôts des épiciers qui, à leur tour, distribueront les caisses de clémentines à leurs détaillants. Le Québec demeure son marché numéro un, mais Bar Imex achemine aussi ses clémentines partout au Canada.

Quatre générations aux commandes

Bar Imex International, une filiale du Groupe Courchesne Larose, est une entreprise familiale de près de 1 000 employés, dont Ian Routhier représente la quatrième génération. L’homme de 31 ans travaille aux côtés de son père, son oncle, son frère et quelques cousins. « Depuis que je suis tout petit, j’entends parler de fruits et de légumes à la maison ! » dit celui qui a complété son cours de commerce international à HEC Montréal après avoir fait ses premières armes dans l’entreprise à l’âge de 15 ans.


Ian Routhier, directeur importation Maroc et développement des
affaires chez Bar Imex International, travaille dans l'entreprise
familiale depuis l'âge de 15 ans.

Dans l’entrepôt d’Anjou, légumes et fruits exotiques se côtoient dans un environnement idéal à température contrôlée. Des chambres spécialement aménagées sont réservées au travail délicat du mûrissement des bananes. L’équivalent d’une cinquantaine de conteneurs de bananes mûres est expédié chez les différents détaillants du pays, chaque semaine.

Le Groupe se développe constamment, il mène actuellement des projets d’investissements dans des plantations en Amérique latine et au Maroc. Par ailleurs, sa filiale Aliments Bercy se spécialise dans l’importation et la transformation de fruits et légumes biologiques, dont la demande va toujours en augmentant. « L’Italie et la Grèce sont parmi les plus grands producteurs de fruits et de légumes bios au monde », dit Ian Routhier.

Et pour ne rien perdre, Bar Imex récupère les fruits et les légumes abîmés mais encore excellents pour en faire des jus pressés à froid, commercialisés sous la marque Loop. « La pression à froid tue les bactéries sans altérer le goût, et le jus peut alors se conserver pendant deux mois », explique Ian.

Avec tant de projets de croissance, gageons que Bar Imex International demeurera client du Port de Montréal pour longtemps !